Les « invisibles » de l’Unapei rejoignent les « non-essentiels » de la culture.

Dans le cadre du prix L’Essentiel, les associations du réseau Unapei ont été invitées à imaginer un projet artistique participatif. Dans une démarche totalement inclusive, il s’agissait de donner la possibilité aux personnes en situation de handicap intellectuel d’exprimer ce qui est « essentiel » pour elles.

Début 2020, en pleine crise sanitaire, l’Unapei mettait en place son fonds d’urgence Covid-19 afin de soutenir par diverses actions, les personnes en situation de handicap, leurs familles et les professionnels qui les accompagnent. En mai, l’élan de solidarité généré trouvait un écho particulier grâce au soutien de 66 personnalités qui signaient une tribune, publiée dans la presse intitulée, « Pour que nos mercis intimes du quotidien deviennent visibles et tangibles. »

Au-delà de ce soutien, toutes ces personnalités avaient en commun, pour la plupart, d’être représentantes d’un monde artistique et culturel considéré, pendant la pandémie, comme « non-essentiel ». C’est dans ce contexte que l’Unapei a imaginé le prix L’Essentiel. Les associations de son réseau ont été appelées à se mobiliser pour créer un projet artistique participatif en collaboration avec les acteurs culturels et les artistes de leur territoire sur une thématique unique. Partant du principe que l’expression artistique permet une forme de soutien et de répit, le projet doit permettre aux personnes en situation de handicap, aux familles et aux professionnels de

s’entraider, d’innover, de s’épanouir et de retrouver une vie sociale trop souvent malmenée pendant ces longs mois de crise sanitaire. Grâce à leur participation à l’élaboration d’un projet artistique, l’objectif est de leur donner la possibilité de s’exprimer sur ce qui est « essentiel » pour eux. Ainsi, les « invisibles » de l’Unapei rejoignent les « non-essentiels » de la culture pour faire la démonstration d’une société inclusive et solidaire. 

7 lauréats récompensés

Début octobre, un jury présidé par Grégori Baquet, comédien, et composé de Marie-Aude Torres-Maguedano, Armande Roques et Luc Gateau, directrice, vice-présidente et président de l’Unapei, Anne Roumanoff, humoriste, et Églantine Emeyé, journaliste, s’est réuni pour choisir les lauréats parmi les 67 dossiers reçus.

Œuvres vivantes, musicales, picturales ou audiovisuelles… le mot d’ordre pour les associations volontaires était de laisser libre court à leur imagination tout en associant les participants à toutes les étapes de la création, de l’élaboration à la restitution. C’est ainsi que sept projets ont été retenus. Ils se verront remettre une dotation financière qui leur permettra de voir le jour au premier trimestre 2022. « J’ai été touché que l’Unapei fasse appel à moi pour présider ce jury, témoigne Grégori Baquet. J’ai toujours été convaincu qu’il est important de mettre sa notoriété au service de causes sociétales importantes, d’autant plus que les inégalités sont toujours plus criantes. Nous avons reçu beaucoup de dossiers intéressants mais ce qui ressort avant tout, c’est le côté bienveillant et profondément humaniste des projets qui nous ont été présentés et dans lesquels les personnes en situation de handicap et leurs accompagnants sont réellement mis à l’honneur et valorisés. »

Lauriane Amirault

L’Essentiel : quand les « invisibles » de l’Unapei rejoignent « les non-essentiels » de la culture.

Le projet L’Essentiel, lancé dans le cadre du fond d’urgence Covid19, permet une véritable rencontre entre les personnes en situation de handicap intellectuel et le monde artistique. De cette alliance vont naître des formes culturelles inédites: œuvres vivantes, musicales, picturales ou audio-visuelles… chacun laissant libre cours à son imagination.

Partant du principe que l’expression artistique permet une forme de soutien et de répit, ce projet permettra aux personnes en situation de handicap intellectuel, à leurs familles et aux professionnels qui les accompagnent, de s’entraider, d’innover, de s’épanouir et de retrouver une vie sociale trop souvent malmenée pendant ces longs mois de crise sanitaire.

Les projets des 7 associations lauréates

Adapei 16 : création d’un film d’animation en stop motion, production d’une pièce de théâtre et création d’une exposition // Association Emmanuelle : atelier slam et atelier de pratique instrumentale pour exprimer ce qui est essentiel pour chacun // Adapei 33 : réalisation de grandes fresques photos avec la participation d’une photographe et d’un plasticien // Unapei 34 : composition d’une œuvre musicale collective avec des musiciens professionnels et des musiciens en situation de handicap // Adapei 56 : recueil de paroles et restitution via une pièce de théâtre, un film documentaire ou une brigade de crieurs et d’afficheurs de rue // Adapei 69 : création d’un conte musical et chorégraphié participatif // Ligue Havraise : mise en scène d’un conte musical sur la thématique du plaisir à travers le lien social, l’amitié, la solidarité.

Catégories : Actualités