Reve De Gosse

Une BD sur l’opération « rêve de gosses »…

De nombreux enfants des établissements du pôle « Enfance » ont bénéficié, ces dernières années, d’une sortie en avion, dans le cadre de l’opération « Rêve de gosses ».

 

L’Albigeois Pierre-Roland Saint-Dizier publie une nouvelle bande dessinée. Elle raconte l’histoire d’un garçon, Léo, handicapé dont le rêve est de voler.

Rencontre avec le scénariste, qui, avec le dessinateur Cédric Fernandez, a publié la BD aux éditions Glénat.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire une fiction ?

La bande dessinée “Rêves de gosse” existe parce que j’ai écrit une BD en 2014 sur Saint Exupery. Je me suis intéressé à l’histoire de l’aéronautique, à l’aéropostal. Lors d’une séance de dédicaces à Toulouse, le président de l’association, Jean-Yves Glémée, est venu et nous avons discuté. Il souhaitait réaliser une BD grand public, pour les personnes handicapées ou non, à l’occasion du 20e anniversaire e l’association “Les chevaliers du ciel”. J’ai donc récupéré des éléments historiques et technologiques et j’ai intégré des faits concernant l’association. Avec l’opération “rêves de gosse”, des baptêmes de l’air sont organisés dans 9 villes pour des enfants ordinaires et extraordinaires (ndlr : c’est ainsi que sont désignés les handicapés, malades et personnes en difficulté sociale dans la BD).  Ça permet aux enfants qui ne se seraient jamais croisés de vivre ensemble la différence.

Quels étaient les enjeux ?

La difficulté était de ne pas faire de BD institutionnelle. C’est d’abord une belle histoire qui pose la question de la différence et la question des rêves. On peut tous s’enrichir. C’est une association “d’utilité publique”. Je voulais faire une histoire d’amitié, délicate, sensible, sans tomber dans le côté “bisounours”. Le dessinateur a joué sur le côté des couleurs pour montrer tout ça. C’est aussi une histoire d’avion, voler, c’est la liberté.

Quelle a été votre source d’inspiration ?

Je me suis inspiré de ce que j’ai pu vivre et voir avec une part d’imagination. J’ai travaillé avec un médecin membre de l’association qui a relu les textes et les dessins. Je suis allé sur place pendant l’événement “Rêves de gosse”, c’était émouvant, j’ai pu recueillir des témoignages de pilotes et de clowns qui font l’animation pour les enfants, par exemple..

En résumé…

C’est pour moi un beau pari qui fait la promotion d’une œuvre solidaire.

Source : La dépêche.fr

Oui Non